Visite d’un village Himba

Lorsqu’on arrive en village Himba dans la région du Kaokoland, on a tous un mélange d’excitation et d’appréhension. Peur de tomber dans un piège à touriste, incompréhensions, envie de les rencontrer et d’en savoir plus sur leurs traditions…On a tous évidemment une pensée pour « Rendez-vous en Terre en inconnue » avec Muriel Robin, et on espère vivre un moment fort, sans pour autant tomber dans le côté voyeur de ce genre de visite.

DSCN1283 Visite dun village Himba

A vrai dire, des Himbas, on en a déjà croisé dans d’autres villages. En bon touristes que nous sommes, on s’imaginait qu’ils vivaient reculés dans des villages coupés du monde. En fait, on avait été bel et bien surpris de les voir avec un caddie à la supérette du coin acheter leur canette de coca. C’est aussi une partie intéressante de la Namibie, que de voir ces tribus cohabiter ensemble, Héreros, Ovambos…même si on a l’impression que chacun restent en groupe sans se mélanger.

DSCN1293 Visite dun village Himba

C’est tout intimidés que nous arrivons devant le chef du village accompagné de 2 de ses femmes. Un guide nous servira de traducteur. Les deux femmes sont vites encerclées par une dizaine d’enfants. Ils nous expliquent comment  ils s’organisent dans ce village d’à peine une dizaine d’habitations. Les Himbas, anciens peuple nomades de chasseur cueilleur sont aujourd’hui principalement sédentaires. Longtemps chassés, ils ont bien eu du mal à conserver leur traditions ancestrales intactes, certains même au contact des villes proches, abonnent leur village pour un mode vie plus occidental. Aujourd’hui ceux qui restent, vivent principalement de l’élevage et du tourisme. Les enfants étudient grâce à des écoles nomades qui s’installent à proximité. Une trentaine de Himbas vivent ici entourés du chef, le seul homme du village.

DSCN1279 Visite dun village Himba

Couverts d’un mélange d’ocre et de graisse de vache, ils sont tous magnifiques, cette couleur de peau  rouge leur donne une photogénie assez incroyable. C’est d’ailleurs par pur esthétisme qu’ils s’enduisent des pieds à la tête de ce mélange si odorant. On essaye de comprendre pourquoi certains d’entre eux portent des coiffes, colliers, ou bijoux, en fonction des âges ou de leur statut de mariée, veuve ou célibataire, pas simple à vrai dire car tout est dans le détail !. On comprend par exemple, que les jeunes hommes Himbas célibataires sont à la puberté rasés et coiffés d’une tresse en haut du crane.

DSCN1178 Visite dun village Himba

On commence la visite d’une maison Himba ou la soeur du chef essaye de nous faire comprendre la tradition du feu sacré, un culte servant à créer du lien entre les vivants et les ancêtres.On aurait envie d’en savoir plus, mais les informations sont difficile à assimiler avec tous ces flash et cliquetis d’appareils photos qui la mitraille.

DSCN1249 Visite dun village Himba

Après la visite, les femmes nous invitent à visiter leur marché à souvenirs fait de draps posés à même le sol. La situation est un peu embarrassante, car on a pas envie d’acheter et les prix sont assez chers. Certaines femmes jouent le jeu des photos, d’autres ont l’air lassé. Au bout d’une heure, le vent commence à souffler et on décide de s’en aller. C’est un peu compliqué de créer une vrai complicité ou un vrai échange en si peu de temps.

DSCN1275 Visite dun village Himba

Visiter un village Himba reste un bon souvenir mais pas le meilleur du séjour. Peut-être faut-il partager une journée entière ou participer avec eux à leurs taches quotidienne pour mieux comprendre leur façon de vivre et leurs tradition. Les Himbas accueillent aujourd’hui beaucoup de touristes, on a eu de la chance car nous étions seul au moment de la visite, mais il n’est pas rare que les villages accueillent groupe sur groupe. On ne peut pas vraiment leur en vouloir car l’élevage seul ne leur permette plus de vivre correctement, et le projet longtemps abandonné du barrage d’Epupa est revenu à l’ordre du jour. Sans date encore précise, ils inonderait une grande partie des terres Himbas et tombes des ancêtres enterrés sur ces terres. A faire, mais si possible en petit comité.

A lire aussi : Namibie, avant de partir
                    Swakopmund, un peu d’Allemagne en Namibie
                    Etape à Cape Cross
                    Le désert du Namib
                    Safari dans le parc d’Etosha

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>